Ecoutez Chroniques Rebelles !

tous les samedis de 13h30 à 15h30 sur 89.4 Mhz et sur Internet

Podcastez les émissions pendant un mois :

http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php

-----------------


http://divergences2.divergences.be/


LE MONDE LIBERTAIRE N° 1786

Mars 2017

Dossier. Contre leur retour à l’ordre :
À l’attaque des réacs !

On les voit à la télévision, partout sur Internet, dans les bacs des librairies, sur les écrans des cinémas, sur les murs des quartiers, aux grilles des écoles, et même dans les rues où ils défilent fièrement, drapeaux au vent et clamant le retour de l’Ordre, du Roi et le départ des immigrés. Est-ce un retour ? Étaient-ils partis ? Sûrement pas, mais leur voix revient en force : on ne cesse de les entendre, de leur lécher les bottes et de réclamer leur bulletin de vote.

TERRAINS DE COMBAT
QUELS SYNDICALISMES ?
ZONES DE CHANTIER
SANS FRONTIÈRES
DOMAINES CULTIVÉS…


CQFD n°152 Mars 2017

Au temps béni des colonies

La France est un beau pays, mais son indécrottable nostalgie peut devenir, à la longue, tuante. Pendant combien de générations faudra-t-il encore attendre, patiemment assis au bord de la rivière (oued, en arabe), à regarder voguer les cadavres, avant qu’elle ne renonce aux oripeaux de son glorieux passé colonial ?
Voilà qu’un banquier photogénique, qui jusque-là chevauchait fièrement la crête haute des sondages, souffre soudain un brusque trou d’air dans les intentions de vote après avoir déclaré, histoire de se donner une stature internationale, que « la colonisation est un crime contre l’humanité, une vraie barbarie ». Patatras ! Impardonnable manquement à la chansonnette de Sardou. Au doux songe du « rôle positif » des armées civilisatrices et « des colons à cigare et cravache [1] » ! Remember le débat en 2005 autour du vote d’une loi mémorielle [2] : « Il y a eu des instituteurs qui ont alphabétisé, il y a eu des médecins qui ont soigné », clamait l’alors ministre de la police Sarkozy.
Ils seraient presque attendrissants ces notables de la droite rance, toujours virils bien que spirituellement cacochymes, quand ils caressent dans le sens du poil de la bête leur électorat pied-noir, harki, militaire à la retraite ou franchement facho… Ils nous feraient presque sourire si leurs simagrées ethnocentriques et autres frimes patriocardes n’avaient de graves conséquences sur l’imaginaire national et les doctrines du maintien de l’ordre dans les quartiers populaires.



Les fleurs bleues de Andrzej Wajda sort le 22 février 2017



De sas en sas de Rachida Brakni sort le 22 février 2017



https://www.youtube.com/watch?v=64J87LoiTJY



Personal Affairs de Maha Haj sort le 1er mars 2017



Terre de roses, le film documentaire de Zainê Akyol sort le 8 mars.



Paris pieds nus d’Abel et Gordon, sur les écrans le 8 mars.



Félicité d’Alain Gomis (29 mars 2017)



L’Opéra. Film documentaire de Jean-Stéphane Bron (5 avril)



À voix haute. La force de la parole. Film documentaire de Stéphane de Freitas (12 avril.)



Jonction 48 de Udi Aloni (19 avril).



Cinélatino, 29e Rencontres de Toulouse 2017 du 17 au 26 mars 2017

Caliwood, hier, aujourd’hui, demain

http://www.cinelatino.fr/



Théâtre Alhambra Dimanche 30 avril à partir de 18 h « Jour Ferré » Ni dieu ni maître !

Nilda Fernandez, la Compagnie Jolie Môme, Annick Cisaruk & David Venitucci, Mona Heftre, le Trio Utgé-Royo, Léo Nissim, Les Têtes de bois, Jean My Truong… Et voilà.

ALHAMBRA – 21, rue Yves-Toudic – Paris 10e / Métro République
Réservation 01 40 20 40 25



Samedi 25 mars 2017

Suzie Justice Isabelle Langerome (éditions Pierre Philippe)

La trame de l’enquête policière de Suzie Justice est le prétexte pour l’auteur, d’aborder d’une façon toute personnelle, une réalité sociale malheureusement toujours d’actualité. Petite fille, adolescente, mère, quelle femme n’a pas été victime de la violence des hommes au cours de sa vie ? Partant de ce constat, le roman soulève cette question cruciale : doit-on se faire justice soi-même ?

4 novembre 1992, au matin est découvert sur un lit de feuilles et de terre trempée un cadavre atrocement mutilé, dévoré dans les bois de Piégut-Pluviers, petit village de Dordogne. Là-même où Suzie Lange, 13 ans, vagabonde et s’entraîne au tir au fusil. A-t-elle un lien avec ce meurtre ? L’enquête ne le dira pas…
12 novembre 2014, l’orage éclate dans le 12e arrondissement de Paris. Une autre Suzie, aussi toquée que timorée, orpheline à 18 ans, brave la pluie pour se rendre comme chaque après-midi à son magasin d’alimentation. Mais sous le tunnel Proudhon, un homme l’agresse, lui montre son sexe, promène ses mains sur ses seins. Comment lui échapper ?
Au même moment, la capitaine Lange, tout juste promue au commissariat de Police Daumesnil, se débat avec l’affaire d’un serial killer, lorsqu’elle reçoit un appel anonyme qui la replonge brusquement dans les affres de son enfance douloureuse, un certain jour de novembre…

Entretien avec Isabelle Langerome.

Lectures de Nicolas Mourer



Samedi 1er avril 2017

Dans ce texte, Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique, il s’agit ni de rejeter, ni d’adhérer sans restriction à cette tentative, mais plutôt de l’analyser. D’ailleurs, précise Pierre Bance dans le paragraphe intitulé « L’État dans la tête », « les Kurdes ne nous demandent pas de les aider, mais de les accompagner. Considérer leurs idées et leurs réalisations dans un esprit d’ouverture et un soutien critique, c’est un moyen de sortir de la situation décourageante dans laquelle le mouvement social s’enlise, de régénérer la pensée révolutionnaire, de cesser de croire que nous sommes dans l’action et la revendication alors que nous sommes dans la plainte, d’aller chercher ailleurs, non pour projeter notre incapacité sur des mouvements fantasmés, mais pour construire ici. »

« Sous l’effet de l’industrialisation culturelle capitaliste, les moyens étatiques de domination [que les Kurdes] dénoncent (nationalisme, sexisme, pouvoir religieux […]) sont confortés au point que “la société consent à sa propre captivité”, mieux, qu’elle finit par considérer les facteurs d’oppression “comme un souffle de liberté”. Si la société résout ses problèmes sans l’État, si elle s’émancipe de sa culture aliénante, elle le marginalise. C’est le projet du confédéralisme démocratique ».

À l’occasion de ses 10 ans, le passager clandestin édite son premier coffret de dyschroniques :

7 nouvelles oubliées de la SF, des textes visionnaires dont nous avons choisi de vous faire écouter des extraits. Aujourd’hui on commence avec Audience captive d’Ann Warren Griffith  ; la PUB à tous les étages !



Samedi 8 avril 2017

Reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France Appel présenté par Olivier Le Cour Grandmaison et Louis-Georges Tin (président du Cran).

Populations « indigènes » soumises au travail forcé, dispositions racistes et d’exception — codes de l’indigénat, internement administratif, responsabilité collective, etc… — imposées aux colonisés qui, dans leur écrasante majorité, n’étaient pas considérés comme des citoyens mais comme des « sujets français » jusqu’à la Libération, déportations, exécutions sommaires et massacres ; autant de pratiques qui ont été constitutives de la construction et de la défense de l’empire colonial français. Les massacres de Thiaroye au Sénégal (décembre 1944), ceux de Sétif, Guelma et Kherrata en Algérie, qui débutent le 8 mai 1945 et leurs dizaines de milliers de morts, en témoignent sinistrement.

Il y a soixante-dix ans, au mois de mars 1947, la guerre d’Indochine et l’insurrection malgache débutaient. Le 1er novembre 1954, un conflit long et sanglant commençait en Algérie. Entre 1945 et 1962, la France a donc été presque constamment engagée dans des opérations militaires coloniales qui se sont soldées par près d’un million de morts. N’oublions pas la guerre longtemps occultée menée au Cameroun (1955-1971) et les répressions sanglantes des militants guadeloupéens et kanaks…

Pour signer l’appel : Retour ligne automatique
http://www.mesopinions.com/petition/politique/reconnaissance-crimes-coloniaux-commis-france/27715

Et


Avec Nilda Fernandez, la Compagnie Jolie Môme, Annick Cisaruk & David Venitucci, Mona Heftre, le Trio Utgé-Royo, Léo Nissim, Les Têtes de bois, Jean My Truong…

Avec Cristine Hudin.



Samedi 15 avril 2017





Samedi 22 avril et dimanche 23 avril 2017

Salon du livre libertaire





Samedi 29 avril 2017




Articles les plus récents

lundi 20 mars 2017
par  CP

33 révolutions de Canek Sánchez Guevara (éditions Métailié)

« Il le sait, il n’y a rien de positif à attendre d’aujourd’hui. Dans des jours pareils, la vie lui semble un exercice littéraire en vain, un poème expérimental, un traité de l’inutile et du superflu, et il marche lentement, les yeux rivés au sol, avec l’envie de tomber dans le caniveau et de mourir (...)

dimanche 12 mars 2017
par  CP

Cinélatino, 29e Rencontres de Toulouse 2017 du 17 au 26 mars 2017. Paris pieds nus d’Abel et Gordon. Entretien avec les réalisateur.es

Cinélatino, 29e Rencontres de Toulouse 2017 du 17 au 26 mars 2017
Caliwood, hier, aujourd’hui, demain
Et
Paris pieds nus d’Abel et Gordon, sur les écrans depuis mercredi dernier.
Après Cinéma et politique en 2013, Femmes de cinéma en 2014, L’âge des possibles en 2015 et Figures d’Amérique latine en (...)

dimanche 5 mars 2017
par  CP

Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme

De Dada au surréalisme, Benjamin Péret (1899-1959) est l’un des principaux acteurs des mouvements d’avant-garde qui ont secoué la poésie et l’art moderne au XXe siècle. Le sort s’est pourtant acharné sur ce grand poète dont le rôle et l’importance ont été minimisés par les historien.nes de l’art. Son (...)

dimanche 26 février 2017
par  CP

Reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France. Personal Affairs, film de Maha Haj

Reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France Appel présenté par Olivier Le Cour Grandmaison et Louis-Georges Tin (président du Cran).
En seconde partie des chroniques :
Entretien avec Maha Haj réalisatrice de Personal Affairs (sur les écrans le 1er mars 2017)
Appel
Populations « (...)

dimanche 19 février 2017
par  CP

Un autre futur pour le Kurdistan ? Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique

Voici un certain temps déjà que des auditeur.es posaient des questions sur le Kurdistan et sa population, sur l’oppression qu’elle subissait, mais aussi sur ses luttes. Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, qui a vu le partage de l’ancien empire ottoman avec de nouvelles frontières (...)