Ecoutez Chroniques Rebelles !

tous les samedis de 13h30 à 15h30 sur 89.4 Mhz et sur Internet

Podcastez les émissions pendant un mois :

http://media.radio-libertaire.org/php/grille.php

-----------------


http://divergences2.divergences.be/?lang=en

http://divergences2.divergences.be/


LE MONDE LIBERTAIRE N° 1785

Février 2017

Dossier 2017 : Toujours Antimilitaristes !

TERRAINS DE COMBAT
QUELS SYNDICALISMES ?
ZONES DE CHANTIER
SANS FRONTIÈRES
DOMAINES CULTIVÉS…


CQFD n°151 Février 2017

L’oligarchie et ses potiches

On imagine Caroline Fourest et Élisabeth Badinter très fières de voir la nouvelle première dame du monde libre, Melania Trump, tenir son rôle de potiche bling-bling : elle ne porte ni voile ni burkini, elle ! Idem pour Penelope Fillon : cette mère de famille catholique a su rester dans l’ombre des ambitions de son petit mari tout en palpant de confortables émoluments parlementaires, ce qui prouve qu’elle est quand même plus « classe » que les pauvres bonnes femmes arabes ataviquement soumises à leur sournoise religion et à leurs fourbes époux.
En revanche, Fourest et Badinter ont sûrement bondi à la vue de ces musulmanes en foulard montant à la tribune lors de la manifestation des femmes contre Trump. Elles ont dû s’étrangler en écoutant Angela Davis clamer l’urgence de résister et de s’unir contre l’exploitation capitaliste, la misogynie, l’antisémitisme, le racisme et l’islamophobie. Phobie confirmée quelques jours plus tard par le décret présidentiel interdisant l’entrée du territoire US aux citoyens de sept pays musulmans. Donnant du chien au concept universitaire d’intersectionnalité, Davis a par exemple invité ses camarades féministes à s’impliquer dans la lutte des Noirs contre les violences policières. Elle a également appelé à la désobéissance civile contre le projet d’oléoduc à nouveau imposé aux Sioux de Standing Rock.



3000 nuits de Mai Masri

Une prison de femmes en Israël où sont enfermées des prisonnières politiques palestiniennes et des israéliennes de droit commun. Le film se situe en 1980, deux ans avant le massacre de Sabra et Chatila. Chef-d’œuvre.
Sortie le 4 janvier 2017



Sortie nationale le 25 janvier 2017



Zona Franca Film documentaire de Georgi Lazarevski (15 février 2017)



Sortie nationale le15 février 2017



Les fleurs bleues de Andrzej Wajda sort le 22 février 2017



De sas en sas de Rachida Brakni sort le 22 février 2017



https://www.youtube.com/watch?v=64J87LoiTJY



Personal Affairs de Maha Haj sort le 1er mars 2017



Terre de roses, le film documentaire de Zainê Akyol sort le 8 mars.




L’ association ATL Jénine sera présente au salon anti-colonial à la Bellevilloise, le samedi 4 et le dimanche 5 mars 2017, de 11 h à 19 h .

DVD, livres et brochures de photos sur le Freedom Theatre .

Salon anti-colonial à la Bellevilloise. 21 rue Boyer Paris 20e, métro : Ménilmontant ou Gambetta, bus 26 . Participation solidaire : 2 €

http://anticolonial.net/spip.php?article3022



Samedi 4 mars 2017

Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme

Barthélémy Schwarz (Libertalia)

De Dada au surréalisme, Benjamin Péret (1899-1959) est l’un des principaux acteurs des mouvements d’avant-garde qui ont secoué la poésie et l’art moderne au XXe siècle.
Le sort s’est pourtant acharné sur ce grand poète dont le rôle et l’importance ont été minimisés par les historien.nes de l’art. Son engagement dans les mouvements révolutionnaires de son temps, notamment pendant la révolution espagnole aux côtés du POUM et des anarchistes, n’est peut-être pas étranger à cette occultation.

Sur sa tombe, au cimetière des Batignolles, ses ami.es ont fait inscrire une épitaphe qui résume sa vie de révolté permanent : « Je ne mange pas de ce pain-là. »

En compagnie de l’auteur de Benjamin Péret, l’astre noir du surréalisme, Barthélémy Schwartz, Alain Joubert, surréaliste et auteur de Pour le grand surréalisme. La clé est sur la porte. Fragments désordonnés d’un impossible manifeste (éditions Maurice Nadeau)
et Rémy Ricordeau, réalisateur du film Je ne mange pas de ce pain-là.
Benjamin Péret, Poète c’est-à-dire révolutionnaire
(DVD en vente à Publico).

Lectures d’un choix de poèmes par Nicolas Mourer.



Samedi 11 mars 2017

Cinélatino, 29e Rencontres de Toulouse 2017 du 17 au 26 mars 2017

Caliwood, hier, aujourd’hui, demain

Après Cinéma et politique en 2013, Femmes de cinéma en 2014, L’âge des possibles en 2015 et Figures d’Amérique latine en 2016, Cinélatino se consacre cette année au cinéma de Caliwood (de la ville de Cali en Colombie). Caliwood est une référence importante dans l’histoire du cinéma à l’échelle de l’Amérique latine. Tout a commencé dans les années 1970, avec le groupe de Cali, fondateurs d’un mouvement qui produit des courts et des longs métrages d’expérimentation et d’esprit critique.

Dans les années 1990, l’École de communication de l’Université du Valle est l’épicentre du boom du documentaire. Plusieurs générations d’étudiant.es, de réalisateurs et réalisatrices portent des regards sur les transformations sociales et les pratiques artistiques et culturelles de la ville.

Cette année, Cinélatino s’attache à l’expression d’Andrés Caicedo, Carlos Mayolo, Luis Ospina et Ramiro Arbélaez, aux talents émergents en passant par des rétrospectives et d’une sélection de documentaires couvrant cinq décennies de production cinématographique, magnifique portrait d’une ville et d’un pays, la Colombie.



Samedi 18 mars 2017

33 révolutions Canek Sánchez Guevara (éditions Métailié)

Tout est rayé chez le trentenaire cubain de ce roman. La vie est un disque rayé, son travail de fonctionnaire est un disque rayé, les pénuries quotidiennes de café ou de cigarettes sonnent comme un disque rayé, sa solitude est un disque rayé se répétant à l’infini. Il a pourtant eu une femme, « maladivement frigide ». « Le mariage n’a pas duré longtemps : un disque rayé de discussions et de reproches dont la détérioration progressive a fini en rigidité cadavérique ». Il traîne donc son spleen seul, le long du Malecon, la célèbre promenade de front de mer de La Havane. Enfant, il avait été un patriote zélé, jusqu’au jour où il a commencé à lire, activité lui offrant une porte ouverte sur un horizon bien plus vaste que son univers et soulignant davantage encore l’étroitesse de son quotidien. Son intérêt récent pour la photo lui offre bien quelques perspectives, mais rien de transcendant. Reste l’éventuel départ. Quitter son île et rêver d’Amérique. Car finalement seule la mer a encore tout d’une promesse…

Canek Sánchez Guevara, est né en 1974 à La Havane et il a ensuite suivi ses parents, militants d’extrême-gauche, dans leurs déplacements à travers le monde, de Mexico à Barcelone en passant par l’Italie. Anarchiste, écrivain, musicien, photographe, graphiste et musicien de rock, Canek Sánchez Guevara a notamment publié des chroniques de ses voyages sur les traces du Che dans Le Nouvel Observateur. Il était un homme libre, bien qu’il soit le petit-fils de Che Guevara, il a toujours maintenu une distance critique avec la Révolution cubaine.

La nouvelle 33 révolutions, publiée par les éditions Métailié est, et sera, le seul livre de Canek Sánchez Guevara. Celui qui fut également le petit-fils de Che Guevara est mort en janvier 2015 à Mexico des suites d’une opération du cœur.

Rencontre autour de 33 révolutions de Canek Sánchez Guevara en compagnie de Lise Bellepron et Daniel Pinos.



Samedi 25 mars 2017

Lectures de Nicolas Mourer

Suzie Justice Isabelle Langerome (éditions Pierre Philippe)

La trame de l’enquête policière de Suzie Justice est le prétexte pour l’auteur, d’aborder d’une façon toute personnelle, une réalité sociale malheureusement toujours d’actualité. Petite fille, adolescente, mère, quelle femme n’a pas été victime de la violence des hommes au cours de sa vie ? Partant de ce constat, le roman soulève cette question cruciale : doit-on se faire justice soi-même ?

4 novembre 1992, au matin est découvert sur un lit de feuilles et de terre trempée un cadavre atrocement mutilé, dévoré dans les bois de Piégut-Pluviers, petit village de Dordogne. Là-même où Suzie Lange, 13 ans, vagabonde et s’entraîne au tir au fusil. A-t-elle un lien avec ce meurtre ? L’enquête ne le dira pas…
12 novembre 2014, l’orage éclate dans le 12e arrondissement de Paris. Une autre Suzie, aussi toquée que timorée, orpheline à 18 ans, brave la pluie pour se rendre comme chaque après-midi à son magasin d’alimentation. Mais sous le tunnel Proudhon, un homme l’agresse, lui montre son sexe, promène ses mains sur ses seins. Comment lui échapper ?
Au même moment, la capitaine Lange, tout juste promue au commissariat de Police Daumesnil, se débat avec l’affaire d’un serial killer, lorsqu’elle reçoit un appel anonyme qui la replonge brusquement dans les affres de son enfance douloureuse, un certain jour de novembre…

Entretien avec Isabelle Langerome.



Samedi 1er avril 2017



Samedi 8 avril 2017



Samedi 15 avril 2017



Samedi 22 avril et dimanche 23 avril 2017

Salon du livre libertaire




Articles les plus récents

dimanche 26 février 2017
par  CP

Reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France. Personal Affairs, film de Maha Haj

Reconnaissance des crimes coloniaux commis par la France Appel présenté par Olivier Le Cour Grandmaison et Louis-Georges Tin (président du Cran).
En seconde partie des chroniques :
Entretien avec Maha Haj réalisatrice de Personal Affairs (sur les écrans le 1er mars 2017)
Appel
Populations « (...)

dimanche 19 février 2017
par  CP

Un autre futur pour le Kurdistan. Municipalisme libertaire et confédéralisme démocratique

Voici un certain temps déjà que des auditeur.es posaient des questions sur le Kurdistan et sa population, sur l’oppression qu’elle subissait, mais aussi sur ses luttes. Depuis la fin de la Première Guerre mondiale, qui a vu le partage de l’ancien empire ottoman avec de nouvelles frontières (...)

dimanche 12 février 2017
par  CP

Cinéma, poésie, musique… Ils ont tué l’albatros d’André Bonmort. Zona franca de Georgi Lazarevski. L’indomptée de Caroline Deruas. Sac la mort d’Emmanuel Parraud. Les fleurs bleues d’Andrzej Wajda. Noces de Stephan Streker. De sas en sas de Rachida Brakni. Chez nous de Lucas Belvaux. Tramontane de Vatche Boulghourjian. L’Aluminium, les vaccins et les deux lapins… Film documentaire de Marie-Ange Poyet

Ils ont tué l’albatros André Bonmort (Sulliver) Lu par Nicolas Mourer
Zona Franca Film documentaire de Georgi Lazarevski (15 février 2017)
L’indomptée Film de Caroline Deruas (15 février 2017)
Sac la mort Film d’Emmanuel Parraud (15 février 2017)
Les fleurs bleues Film de Andrzej Wajda (22 février (...)

samedi 4 février 2017
par  CP

Pax neoliberalia. Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence de Jules Falquet. Un Paese Di Calabria. Film documentaire de Shu Aiello et Catherine Catella

Pax neoliberalia. Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence
Jules Falquet (IXE)
Un Paese Di Calabria Film documentaire de Shu Aiello et Catherine Catella
Pax neoliberalia. Perspectives féministes sur (la réorganisation de) la violence. Le titre lui-même de cet essai de Jules (...)

samedi 28 janvier 2017
par  CP

Réfractions n° 37. La justice hors la loi. Frasiak. Nouvel album : sous mon chapeau

En première partie de l’émission : la revue Réfractions n° 37 La Justice hors la loi
Avec Édouard Jourdain et Erwan Sommerer.
Débat autour de la Justice hors la loi à la librairie Publico (145 rue Amelot, m° République ou Oberkampf)
Et en seconde partie des chroniques, Frasiak et son nouvel album (...)