1906, le congrès syndicaliste d’Amiens

Émile Pouget. Introduction de Miguel Chueca (éditions CNT)
dimanche 27 janvier 2008
par  CP
popularité : 17%

JPEG - 6.2 ko

« Que sait-on, aujourd’hui, cent ans après, du Congrès ouvrier d’Amiens […] dans ce qu’on pourrait appeler la mémoire commune ? » écrit Miguel Chueca dans sa présentation du texte d’Émile Pouget.

JPEG - 2.9 ko

Et d’ailleurs, peut-on ajouter, que connaît-on aujourd’hui de l’histoire ouvrière ? Est-ce une partie de notre histoire, de notre mémoire sociale commune, enseignée ? Non.

JPEG - 4.1 ko

L’histoire ouvrière est-elle généralement évoquée ou discutée dans les grandes fédérations syndicales ? Très rarement sinon jamais.

JPEG - 3.6 ko
JPEG - 5.1 ko

Il faut dire qu’avec la dépolitisation ambiante et la tendance des syndicats à jouer de plus en plus le rôle de «  partenaires sociaux » au détriment d’un syndicalisme revendicatif et offensif, il n’y a guère là de quoi s’étonner.

JPEG - 4.4 ko

Mais quelle était la situation au début du XXe siècle ?

JPEG - 3.8 ko

La légalisation des syndicats date de 1884 et la CGT est fondée en 1895.
Alors, onze ans après — en 1906 —, quelle était l’importance de la Charte d’Amiens ?

Quel a été le rôle d’Émile Pouget dans le syndicalisme révolutionnaire ?
Et aujourd’hui, que pouvons-nous apprendre de cette Charte et des questions qui se posaient au début du syndicalisme ?

Pour en parler — dans la première heure des Chroniques rebelles —,

JPEG - 44.9 ko

Miguel Chueca qui nous présente la dernière publication des éditions de la CNT, Émile Pouget. 1906, le congrès syndicaliste d’Amiens , et le colloque international organisé également par les éditions de la CNT à l’occasion du centenaire de la Charte d’Amiens.

JPEG - 6.2 ko

Le colloque aura lieu le samedi 4 et le dimanche 5 mars à la Bourse du Travail de Saint Denis, rue Bobby Sands, et il sera question du syndicalisme révolutionnaire, de la Charte d’Amiens et de l’autonomie ouvrière avec, comme intervenants, René Berthier, Eduardo Colombo, Daniel Colson, Gaetano Manfredonia, David Rappe.