Amours à vendre. Les dessous de la prostitution.

Florence Montreynaud (Glénat) et Les Trottoirs de Paris de Jean-Michel Carré
mercredi 26 mars 2008
par  CP
popularité : 7%

Le plus vieux métier du monde diront certains et elles ou ils ont choisi de se prostituer, facile à dire ou commode pour qui refuse de remettre en question un système basé sur le fric.

À l’heure du trafic organisé des organes, le trafic du sexe semble pour beaucoup un moindre mal dans nos société, voire un mal nécessaire pour éviter les "débordements" sexuels de quelques pervertis. Mais la prostitution ne limite ni les violences sexuelles, ni ne met fin aux viols. Alors, alors le livre de Florence Montreynaud s’attaque au tabou lui-même et s’attache à un aspect non abordé, le client.

Dans cette étude, ni complaisance, ni voyeurisme sur quelque porte-jarretelles ou autre bout de cuisse à l’air, non une réflexion sur le système qui fait que la prostitution s’organise à présent comme des voyages d’agrément. Une réflexion sur un système qui prostitue les enfants et les adolescents, sur un tourisme sexuel vanté comme l’aventure.

Trois grandes parties dans ce livre : Acheter, se vendre, changer avec une bibliographie et les adresses d’associations. Un livre qui permettra, je l’espère, de changer la perception habituelle de la prostitution, du besoin des hommes et autre cliché sur ce qui est souvent appelé un "mal nécessaire".

Florence Montreynaud a déjà publié Le XXème siècle des femmes chez Nathan, également passionnant.

- "Tu viens chéri", c’est paraît-il la phrase des prostituées, qui attire le client, mais qui sont ces clients qui vont aux "putes" ? Des malades, des voyeurs, des coincés, des hommes seuls ? Quel est le rapport de l’argent et du sexe ? Quel lien entre la religion et la prostitution ? Les féministes face à la prostitution ? Les politiques et la prostitution ? Pourquoi le plaisir érotique passerait-il par un interdit social qui en fait n’en est pas un ? Drogue et prostitution ? Les associations qui luttent contre la prostitution, la prostitution enfantine dans le Tiers-Monde (esclavage et prostitution des enfants du Tiers-monde) ?

Durant la commune, la prostitution a été interdite et on dit généralement que la basilique du Sacré-cœur, monument élevé à la gloire des vainqueurs de la Commune de Paris, a été financé par les prostituées.

"La prostitution est le problème de toutes les femmes et de tous les hommes. Tant qu’il existera, nous ne pourrons atteindre la sincérité dans l’amour, dans l’affection, dans l’amitié ou la camaraderie." Mujeres libres, déclaration des femmes anarchistes pendant la guerre civile d’Espagne.

Les Trottoirs de Paris, film réalisé par Jean-Michel Carré, (52’) sur la prostitution.

Quelle est la place du téléphone et du minitel roses dans nos sociétés ?
Dans le dernier film d’Altman, Short Cuts, on voit une mère de famille gagner sa vie avec le téléphone rose. Propos salaces en changeant le bébé et frustration de son mari qui lui demande de répéter ces mêmes termes, histoire de pimenter leurs rapports. D’abord incrédule, elle réplique "Tu veux baiser, bon alors baisons."