Voyage poétique militant à bord de Poécité. Shalana Aroy et la lutte

Émission animée par Nicolas Mourer
mercredi 5 novembre 2008
par  ps
popularité : 10%

La Poésie est-elle soluble dans la Cité ? Comment arracher le poème à son malheur de livre pour le projeter dans l’espace commun de la rue, du forum public ? Poécité dégage les vers de la sédentarité des pages pour les offrir au public, çà dans la rue, là dans une salle de spectacle, ailleurs dans les jardins. S’approprier les espaces urbains pour y inscrire la trace d’une parole poétique qui s’envole sans déplaisir est la passion de Poécité dont les membres lisent, écrivent, jette les mots hors les murs afin de ne pas abandonner la littérature au silence, comme un chien attaché au pylône d’autoroute. Le texte commence à partir du lieu où il est prononcé et le poème vit lorsqu’il entre dans un rapport d’hétérogénéité au livre. À travers des textes poétiques de multiples pays, les membres de poécité viennent nous chuchoter comment ils réinventent la poésie en la libérant de l’œuvre pour la remodeler dans de nouveaux espaces de parole.

En deuxième partie : les sonorités de Shalana Aroy redynamisent la lutte

Il y a ici un monde qui tremble, une pompe à regonfler l’âme, une envie de chalouper sur des mots, du son et du songe. Shalana Aroy, c’est une musique qui vous creuse jusqu’à l’imprévisible, une musique non domestiquée mais axée autour d’un pop rock puissant et dynamique, cohérent et solidaire, Solidarité…

La vision du monde de Shalana Aroy, vous la connaissez déjà. Elle vous guette dans l’entre-deux monde où vous vous réfugiez souvent : tantôt cynique, tantôt tendresse, tantôt lucide, tantôt aveugle, humaine toujours. Les morceaux de Shalana Aroy ont ces courbes pleines de vie et de mort. Ils se dessinent en moments forts, en poésie contenue et passent par d’irrésistibles arrêts du temps, tempo saccadé pour un voyage au tréfonds d’une société sans accalmie. La voix d’Alex y découvre des mystères de sonorités oxydées.

Leur musique ouvre des passages secrets en dynamitant les murs gris de l’ennui et tirent l’oreille vers cette agitation rock’n’rollienne qui ne renonce jamais. Shalana Aroy demeure dans tous les combats, ceux du cœur, de la création sous toutes ses formes et défend l’infinie liberté de notre jungle culturelle.

La déshumanisation des politiques, l’absence de considération portée a nos classes populaires, la difficulté de vivre dans l’échec de l’amour parental, l’imcompréhension totale qui règne dans notre société dans l’enseignement, les formations, les schémas de réussite sociale, autant de thèmes traversés par leur musique. Et l’amour bien et sa sombre beauté....

Alors, à l’heure où les émotions se téléchargent, à l’heure où les sentiments se bradent sur multipistes, venez nous voir en face. Juste pour ces moments délicieux et grisants. Juste pour cette bribe d’humanité dont chacun de vous est en son âme et conscience le gardien. Juste pour cela, nous vous donnerons le meilleur de nous.

alexandre balioussis (chanteur), theo roubavk (batteur), julien bouladoux (bassiste), laurent rouback (guitariste), cedric lassagne (guitariste), matthieu valenza (ingé son).