Histoire de la Révolution mexicaine de Jesus Silva Herzog (LUX) et Les révolutions du Mexique d’Americo Nunes (Ab irato)

Samedi 13 février 2010
samedi 13 février 2010
par  CP
popularité : 12%

Histoire de la Révolution mexicaine de Jesus Silva Herzog

Classique de la littérature mexicaine, Histoire de la Révolution mexicaine de Jesús Silva Herzog retrace les principaux événements de la Révolution mexicaine (1910-1917) — première révolution sociale du XXe siècle — et les faits et gestes des dictateurs Porfirio Díaz et Victoriano Huerta comme de Francisco Madero, Venustiano Carranza, Álvaro Obregón, Pancho Villa et Emiliano Zapata. L’historien porte une attention particulière aux problèmes économiques et sociaux, notamment le partage des terres et la répression des grèves, qui ont poussé des millions de paysans et d’ouvriers mexicains à la révolte.


Les révolutions du Mexique d’Americo Nunes

En quoi le Mexique d’aujourd’hui est-il marqué par la Révolution mexicaine ? Et s’agit-il d’une ou des révolutions mexicaines ?

Avec Americo Nunes et Barthélémy Schwartz.

La révolution mexicaine « constitua un événement et un phénomène d’une grande portée historique, mais un événement et un phénomène assez paradoxaux. »

Mouvement révolutionnaire « réformiste », mouvement révolutionnaire social et surtout paysan, mouvement révolutionnaire libertaire influencé par les frères Magon… « Ce que l’on nomme “Révolution mexicaine” se présente avant tout comme un mouvement d’ensemble de plusieurs révolutions […] dans l’espace historique où la Révolution de 1911-1917 s’est déroulée en tant qu’événement bouleversant l’ordre du temps. »

Cette révolution, ces révolutions — devrait-on dire — font à l’évidence partie d’un processus très complexe, à la fois économique, social, politique et culturel. Tenter d’en comprendre les enjeux, le déroulement et les conséquences, oblige à replacer les événements dans un large contexte historique international et à poser immanquablement des questions sur le rôle des Etats-Unis. Dès la formation des Etats-Unis du Mexique, qui avaient aboli l’esclavage quarante années avant leurs voisins du Nord, ils ont fait l’objet de convoitise. En premier lieu de la part des Etats-Unis qui, entre 1835 et 1846, annexèrent presque la moitié du pays qui devint par la suite les états du Texas, de la Californie, de l’Arizona et du Nouveau Mexique. La course aux terres, ensuite à l’or et au pétrole avait bien évidemment exacerbé les appétits impérialistes des Etats-Unis.
Au Mexique, le problème de l’expropriation et de la distribution des terres a été l’un des enjeux des insurrections et des révolutions, avec l’exploitation des ouvriers agricoles, des paysans sans terres et en l’absence de réforme agraire.
«  La révolution mexicaine, par sa singularité et sa complexité, fut, en fait, constituée par des faisceaux de plusieurs révolutions simultanées, hétérogènes, aux multiples composantes régionales et sociales. »

Aujourd’hui, peut-on parler de révolution mexicaine inachevée ou de révolution étatisée ? Quelles en sont les conséquences ? Quelle est la part des investissements étasuniens au Mexique et quel est le rôle des Etats-Unis dans la région ? Qui possède à présent le capital au Mexique ?

À suivre…