Juliano Mer Khamis et le Freedom Theatre

Samedi 10 décembre 2011
mercredi 23 novembre 2011
par  CP
popularité : 5%

Juliano Mer Khamis, comédien, réalisateur, militant israélien-palestinien et fondateur du Freedom Theatre de Jenine (Cisjordanie) a été assassiné le lundi 4 avril 2011, devant l’entrée de son théâtre.

Lors d’une rencontre à Jenine, en 1992, Juliano avait déclaré : «  Pas de religion, pas d’identité, rien, un être humain, c’est tout : mon nom est Juliano. »

Comédien très connu, il a joué dans plusieurs films d’Amos Gitaï, notamment Esther, Kippour et Kedma, de même que dans de nombreuses pièces de théâtre.

http://chroniques-rebelles.info/ecrire/?exec=articles&id_article=570

http://www.aloufok.net/spip.php?article3925

http://israelpalestine.blog.lemonde.fr/2011/04/04/un-symbole-israelo-palestinien-assassine-a-jenine/

http://www.divergences.be/spip.php?article1620



LE FREEDOM THEATRE DE JENINE VIVRA !

LIBERATION IMMEDIATE D’ADNAN NAGHNAGHIVE ET BILAL SAADI

Les « Amis du Théâtre de la Liberté » dénoncent vigoureusement l’attaque du Freedom Theatre par l’armée israélienne.

Le matin du 27 juillet à 3h30 une force spéciale de l’armée israélienne a attaqué le Freedom Theatre à Jenine. Le régisseur général des lieux, Adnan Naghnaghiye, a été arrêté et emmené vers une destination inconnue, ainsi que Bilal Saadi, un des membres du Conseil d’administration. Aujourd’hui, le 28 juillet, nous ignorons où ils sont détenus, nous n’avons plus de nouvelles d’eux.

Le directeur par intérim, Jacob Gough, et le co-fondateur, Jonatan Stanczak, ont été menacés à leur arrivée sur les lieux alors que ce dernier expliquait aux cinquante soldats cagoulés, qu’ils ont attaqué un lieu culturel et arrêté les animateurs du Théâtre.

Il y a dix jours encore, une troupe de jeunes acteurs du Freedom
Theatre achevait une tournée en France. Ils ont joué « Sho Kman – Et quoi encore ? », une pièce qui met en scène de façon tragique et artistique les dangers et la violence auxquels sont confrontés les jeunes. Le public, ému et impressionné, a pu apprécier le travail de qualité de la troupe qui a retrouvé l’espoir d’un avenir pour le Freedom Theatre.

Après le festival des 23e rencontres internationales du jeune théâtre européen, Nabeel Al Raee, le metteur en scène, témoignait : "Les rencontres de Grenoble ont été très importantes notamment grâce aux échanges avec les autres compagnies. Celles-ci ont exprimé leur volonté de participer à des échanges culturels avec le Freedom Theatre en animant des ateliers à Jénine. Le CREARC (Centre de Création de Recherche et des Cultures) de Grenoble nous a invités à nouveau pour les prochaines rencontres internationales. Notre spectacle a été très applaudi, nous avons même vu des larmes chez certains de nos spectateurs."

Rappelons les principaux objectifs du Freedom Theatre qui dérangent le gouvernement israélien et qu’il tente de détruire par cette intervention armée.

Il offre :

· aux enfants et aux jeunes du Camp de réfugiés de Jénine et des environs, l’aptitude à se connaître soi-même et à avoir confiance en soi, ce qui les dote du pouvoir de défier la réalité actuelle en prenant en mains leur propre avenir.

· un espace où des enfants, adolescents, jeunes adultes et adultes de la région de Jénine peuvent jouer comme acteur et créer du théâtre, s’exprimer librement et imaginer de nouvelles réalités en défiant les barrières sociales et culturelles qui leur entourent.

· la possibilité de sortir de l’isolement culturel qui sépare Jénine d’autres régions de la Palestine et du monde.

· un moyen de résistance non violente à l’occupation, permettant aux jeunes d’exister en tant qu’individus, en tant que peuple et en tant qu’entité culturelle.

Cette attaque contre le théâtre est une honte et un crime de l’état israélien qui brise tout espoir de liberté des jeunes palestiniens de Jénine.
Le Freedom Theatre doit continuer à être un lieu de résistance culturelle contre l’occupation israélienne.

L’armée israélienne doit cesser de semer la terreur au Freedom Théâtre de Jénine et dans toute la Cisjordanie.

« Il n’y a pas de liberté sans savoir.

Il n’y a pas de Paix sans liberté.

La paix et la liberté sont inséparables »

Arna Mer Khamis

Les Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine

Le 28 juillet 2011

theatrejenine@yahoo.fr

LE THEATRE DE LA LIBERTE DE JENINE DOIT VIVRE !

Juliano Mer Khamis a été assassiné le 4 avril 2011 par un inconnu devant le Théâtre de la Liberté (Freedom Theatre) de Jénine, en Cisjordanie, théâtre qu’il a fondé en 2006 pour continuer le travail de sa mère Arna avec des jeunes du camp de réfugiés. Le théâtre a permis à de nombreux jeunes Palestiniens de résister aux violences et à l’oppression que leur imposent les autorités d’occupation israéliennes, d’extérioriser leurs angoisses, de sortir de leur isolement et de s’épanouir.

De mère juive israélienne et de père palestinien de Nazareth, réalisateur du film Les enfants d’Arna, Juliano Mer Khamis s’était rallié au mouvement de boycott, y compris culturel, de l’Etat d’Israël tant qu’il ne se conforme pas au droit international. Après son assassinat, les autorités israéliennes ont saisi sa voiture, son ordinateur et son téléphone portable, puis à partir de fin juillet elles ont utilisé sa nationalité israélienne comme prétexte d’enquête pour lancer une forte offensive visant à briser le Freedom Theatre et à provoquer sa fermeture.

Le 27 juillet, les forces d’occupation ont violemment attaqué le théâtre en pleine nuit, commettant d’importants dégâts, et ont arrêté sous le régime arbitraire et brutal de « détention administrative » deux responsables palestiniens du théâtre, Adnan Naghnaghiye et Bilal Saadi, qu’elles ont alors considérés comme suspects du meurtre. Puis elles ont arrêté à un check-point, pour le même motif, l’étudiant acteur palestinien du Freedom Theatre, Rami Hwayel, qui se préparait au rôle principal dans la pièce En attendant Godot.

Le 21 août, les trois détenus ont été disculpés, mais Rami Hwayel, au prétexte qu’il était allé antérieurement en Israël sans autorisation, a été condamné à un mois d’incarcération, ce qui a provoqué l’annulation des premières représentations de la pièce.

Le 22 août, l’armée israélienne a de nouveau attaqué le Freedom Theatre et arrêté Mohammed Naghnaghhiye, frère d’Adnan, après avoir dévasté son appartement situé dans le bâtiment du théâtre.
Depuis lors, les autorités d’occupation ont harcelé d’autres membres du Freedom Theatre.

Ces pratiques de puissance occupante, contraires aux conventions sur les droits humains et à toute légalité internationale, doivent cesser ! Qu’en serait-il si la France opérait de tels coups de force à l’encontre d’un autre pays sous couvert d’enquêter sur l’assassinat de l’un de ses ressortissants dans ce pays ?

Une troupe du Freedom Theatre, invitée par les Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine, venait d’effectuer en France, de fin juin à mi-juillet, une tournée réussie et s’était produite dans le cadre des 23èmes rencontres du jeune théâtre européen, à Grenoble. Deux tournées importantes sont programmées en Allemagne et aux Etats-Unis dès l’automne.

Le Théâtre de la Liberté de Jénine doit pouvoir continuer son travail émancipateur au service des jeunes et de la population palestinienne !

C’est pourquoi nous exigeons :

▪ L’arrêt de toute attaque contre le Freedom Theatre et ses membres.

▪ La libération de toute personne liée au théâtre qui serait incarcérée ou inculpée par les autorités d’occupation israéliennes.

▪ Une activation des autorités judiciaires palestiniennes pour la conduite de l’enquête sur l’assassinat de Juliano Mer Khamis.

▪ Le dédommagement par les autorités israéliennes des dégâts qu’elles ont commis lors de leurs attaques des 27 juillet et 22 août.

▪ Une entière liberté de circulation pour les membres du Freedom Theatre, que ce soit en Palestine, en Israël ou ailleurs.

Nous demandons en outre que les instances concernées des pays ayant des relations avec Israël interviennent énergiquement auprès de cet État et de son ambassade pour la satisfaction de ces cinq points.

En particulier, pour la France : le ministère des Affaires Etrangères, qui avait publié un hommage élogieux à Juliano Mer Khamis après son assassinat, le ministère de la Culture, le ministère de l’Intérieur, ainsi que l’ambassade d’Israël.

Pour contribuer aux importants frais d’avocats et aider le Freedom Theatre, vous pouvez :

- envoyer un chèque à l’ordre d’ATL Jénine, Les Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine, boite aux lettres 84, 15 passage Ramey, 75018 Paris

- ou vous connecter au site du Freedom Theatre (paiement sécurisé) : www.thefreedomtheatre.org

Contact e-mail des Amis du Théâtre de la Liberté de Jénine : theatrejenine@yahoo.fr

Pour signer la pétition, cliquer sur le lien :

http://www.solidaritefreedomtheatrejenine.com/spip.php?article1

Tournée en Allemagne du Théâtre de la Liberté de Jenine.

Pour ceux qui ont vu Sho kman et pour ceux qui ne l’ont pas vu, un reportage du journal d’Arte du 30 septembre 2011 de la troupe du Freedom Theatre en tournée en Allemagne :

http://www.arte.tv/fr/4174374,CmC=4174436.html

La pétition est toujours en ligne :

http://www.solidaritefreedomtheatrejenine.com/spip.php?article1

Les Amis du Théâtre de la Liberté de Jenine