3 soirées antimilitaristes : Mutins ! Paroles de la Nueve

17, 18, 19 novembre au Vingtième théâtre
dimanche 9 novembre 2014
par  CP
popularité : 16%

3 soirées antimilitaristes

Lundi 17 novembre

Mardi 18 novembre

Deux concerts autour de l’antimilitarisme

au XXe Théâtre

Et

Après une première représentation à la Parole errante de Montreuil, puis au cinéma La Clef, Paroles de la Nueve, mise en espace d’Armand Gatti est reprise

le mercredi 19 novembre au XXe théâtre

Nous n’en n’avons pas fini avec les commémorations de circonstance, et d’entendre des paroles vibrantes, glorieuses, ou désolées, sur la grande boucherie de 14-18. Pourtant l’année 2014 a déjà donné lieu à un florilège de textes, de films, d’expositions, de colloques, de rétrospectives en tous genres… sur les tranchées, les poilus, les monuments aux morts, la fleur au fusil et la guerre éclair… Évidemment, peu de choses sur les résistances, les oppositions à cette guerre, les refus de se battre à l’appel de généraux uniquement soucieux de leur gloire personnelle et de leur CV militaire, construit sur le nombre de morts, de part et d’autre… L’internationalisme et les luttes antimilitaristes n’étant que vaguement évoquées, ou bien dans des cercles trop restreints.

Un siècle déjà, mais les mythes installés par la propagande de l’époque ont encore la peau dure. L’histoire officielle et la censure ont rempli leur rôle et ont laissé des traces dans l’imaginaire collectif.

Sur Radio Libertaire, on a entendu des discours et des analyses différentes, et c’est le cas aujourd’hui avec une bande d’ami-es, chacun et chacune ayant une autre vision que celle rabâchée depuis l’enfance, d’autres chansons aussi et d’autres espérances…

Mutins, c’est le nom donné aux deux soirées consacrées au refus de la guerre et à la lutte contre le cynisme du pouvoir, célébrant comme patriotique le massacre des populations en présence sur les champs de bataille.

Les 17 et 18 novembre, Serge Utgé-Royo invite sur la scène du Vingtième théâtre Nathalie Solence, Frasiak, Bernard Joyet, Jérémie Bossone, Michel Bühler, Francesca Solleville, Léo Nissim, Jean My Truong, Claude Gaisne et Annick Roux. Juan Chica Ventura présentera à cette occasion ses tableaux… Deux soirées donc pour les Mutins.

Le 19 novembre, troisième soirée antimilitariste. Ce sont les Paroles de la Nueve qui seront mises en espace par Armand Gatti dans le cadre du Vingtième théâtre. Neuf comédiens incarnent avec conviction et sensibilité les témoignages de ces antifascites espagnols qui ont libéré Paris, le 24 août 1944. Des itinéraires incroyables, douloureux et tragiques parfois, des hommes simples et exceptionnels dont les itinéraires laissent à penser que, finalement, c’est possible, malgré tout, de résister et qu’il n’y pas de fatalité. Leçons de courage, de détermination et de dignité qu’il est important de donner à entendre dans des temps de résignation et d’apologie de l’allégeance.

Retour donc sur une histoire oubliée avec Paroles de la Nueve, mise en
espace par Armand Gatti, avec quelques complices, au Vingtième théâtre :
une histoire « redécouverte » de la Libération de Paris et des combattants espagnols qui y participèrent, parmi lesquels de nombreux anarchistes. Pendant des décennies, l’histoire officielle de la Libération de Paris, a été racontée sous tous les angles, ou presque, en faisant l’impasse sur un
épisode pourtant fort connu : celui des combattants espagnols qui furent les premiers à pénétrer dans Paris, le 24 août 1944, faisant ainsi le lien avec la Résistance de l’intérieur. Les jeunes gens de la Nueve se sont engagés dans la lutte contre le fascisme, mais, avant tout, dans la lutte pour la liberté.

Cette mise en espace des paroles simples et authentiques de jeunes gens est une belle expérience. Leurs témoignages, portés par des interprètes inspirés, gardent la force qui les animait.

De la conscience vive sur scène, de l’émotion grave aussi, de l’humour, et, bien entendu, des chansons…

Armand Gatti, le 23 août, déclarait à l’issue de la première représentation :
« Cette pièce que vous applaudissez n’est pas une pièce au sens classique, c’est notre amour pour le peuple espagnol. » Il faut ajouter que ces paroles de jeunes gens, qui se sont battus contre la barbarie, il y a soixante-dix ans, sont aussi l’expression d’une solidarité avec tous les peuples qui luttent contre l’oppression dans le monde, aujourd’hui et demain.

Présentation des 3 soirées au vingtième théâtre et des participant-es dans les chroniques avec l’équipe de la Nueve

et

Rencontre à Publico

145 rue Amelot 75011 Paris

À partir de 16h30

Et

Adios Carmen

Film de Mohamed Amin Benamraoui

Un premier film à la fois touchant et remarquable pour les archives de l’époque de la marche verte et l’amour du cinéma populaire.

Le film est programmé le 13 novembre à l’IMA, à 20h

Première partie d’un entretien avec Mohamed Amin Benamraoui.





Deux films à voir à l’IMA (Institut du monde arabe)

Our terrible Country

Film documentaire de Mohammad Ali Atassi et Ziad Homsi

Regard de l’intérieur sur la Syrie.

Un témoignage essentiel.

Un intellectuel et un jeune Syrien piégés dans une situation terrible.

Le film est programmé le 3 novembre à l’IMA, à 20h



Adios Carmen

Film de Mohamed Amin Benamraoui

Le cinéma avec la magie
des films Bollywood au Maroc.

Le film est programmé le 13 novembre à l’IMA, à 20h

Entretien avec Mohamed Amin Benamraoui dans le chroniques rebelles samedi 15 novembre.





Sortie de 2 DVD :