Associations, projets et radios… Mot à mots et rencontre avec Sylvie Maugis. Terre de Mauripe et rencontre avec Wicky et Jean-Louis à Soudorgues (Gard).

samedi 5 septembre 2015
par  CP
popularité : 13%

Mot à mots, émission de Sylvie Maugis

sur Radio Pays d’Hérault

Premier jeudi de chaque mois de 21 heures à 22 heures

et

Soudorgues, village « actif » des Cévennes

Entretien avec Wicky et Jean-Louis

C’est la rentrée pour beaucoup… Triste pour les enfants expulsé-es et, du coup, privé-es de rentrée scolaire… Prolixe en gesticulations médiatico-politiciennes, notamment de ministres cherchant à redorer leur image d’« humanistes » bon teint, en annonçant la mise en place à Calais d’un camp de réfugié-es de 120 tentes et 1500 places en 2016, Calais où les exilé-es sont deux à trois fois plus nombreux et nombreuses. Alors nous avons choisi de vous parler d’initiatives de personnes « normales » — comme vous et moi —, qui veulent changer les choses et jouent les grains de sable d’un système de plus en plus insupportable. Car s’apitoyer sur le calvaire d’immigré-es agonisant dans des containeurs ou sur les cadavres d’enfants syriens noyé-es en voulant fuir un pays où ils sont massacré-es, cela sied aux gouvernants qui, depuis la manifestation du 11 janvier 2015, ont bien compris l’intérêt d’utiliser l’indignation et les promesses en vue d’élections prochaines et pour calmer le « bon peuple ».

La visite de Manuel Valls, accompagné par deux commissaires européens et deux membres du gouvernement, promettant l’installation d’un camp pour les réfugié-es de Calais en est une bonne démonstration. Il fallait bien minimiser la déclaration commune des ministres de l’intérieur français et britannique qui reprennent en fait nombre de mesures de l’arrangement de 2009, notamment les aspects répressifs qui sont encore accentués. L’annonce, pour faire diversion, des 120 tentes en 2016 s’accompagne évidemment de chiffres gonflés des « intrusions » d’exilé-es dans le périmètre du Tunnel sous la Manche et l’image forgée et reprise à l’envi dans les médias « d’assaut massifs de migrants » vers les trains et les camions. Il faut bien justifier les violences à l’égard des femmes, des enfants et des hommes qui tentent d’échapper à la guerre ou à la misère.

En revanche, on garde le silence sur l’exilé afghan souffrant de graves troubles psychiques et expulsé à Kaboul, malgré un recours devant la Cour Nationale du droit d’Asile et un référé suspensif du tribunal administratif. Silence également sur l’exilé soudanais qui a réussi à entrer dans le Tunnel sous la Manche et est actuellement emprisonné côté anglais, poursuivi en vertu d’une loi de 1861 sur les chemins de fer. Quant à la mise à l’abri des femmes et des enfants, moins de la moitié des personnes concernées en sont bénéficiaires, de plus elle se limite à trois mois… Au bout des trois mois, quelle est l’alternative ? Une demande d’asile en France ? Un retour forcé au pays ? Ou encore la mise à la rue des femmes et enfants qui ne pourraient pas être expulsé-e-s du territoire ?

Alors plutôt que de vous parler des discours compassés de ceux et celles qui sauvent des banques plutôt que des êtres humains — on se demande qui peut être dupe ?— nous avons choisi de donner la parole à des personnes qui refusent la fatalité, la résignation et surtout de se conformer aux mots d’ordre assénés quotidiennement dans nombre de médias.

Vous êtes sur Radio Libertaire… Donc tentons de regarder les faits et les choses autrement… Nous irons donc dans le Gard, à Soudorgues, un village « actif » des Cévennes où nous avons rencontré Wicky et Jean-Louis pour parler de leurs projets et d’associations comme la Pensée sauvage et Terre de Mauripe.

Et tout d’abord, un entretien avec Sylvie Maugis, animatrice et productrice d’une émission mensuelle de radio, Mot à mots, sur Radio Pays d’Hérault. Sylvie faisait partie de l’équipe des Chroniques syndicales sur Radio Libertaire et, militante de terrain, elle s’implique aussi dans des associations de la région. Notamment avec une association de Montpellier, le Refuge, qui aide et héberge des jeunes gays et lesbyennes victimes de violences. La semaine dernière, le local de l’association a été attaqué à Montpellier, il a été tagué d’inscriptions homophobes et des menaces de mort ont été adressées au président de la Lesbian and Gay Pride de Montpellier. La discrimination est à combattre sous toutes ses formes.

Mot à mots, c’est chaque premier jeudi du mois, de 21 heures à 22 heures, et vous pouvez la podcaster.

Musiques :

How Dare They Call Me Insane, Lawrence McGuire

Pepa & Johnny et The Road, System D

Le Refuge

06 31 59 69 50

www.le-refuge.org

Et

Rencontre avec Wicky et Jean-Louis autour de leurs projets et les associations : la Pensée sauvage et Terre de Mauripe. Nous sommes à Soudorgues, village « actif » des Cévennes, situé entre St Jean du Gard, Lasalle, St André de Valborgne et St Hippolyte du Fort, bref pas très loin de Nîmes et de Montpellier.

Musiques :

Ballad of the Night, Pascale Olivier

Dawwar El Shams, Trio Joubran

Crazy Horse et Carry the Stone, John Trudell

Variation, François Elie Roulin

When the Levee Breaks, Led Zeppelin

Sacred Wind, Sharon Burch

Terre de Mauripe

30 460 Soudorgues

mauripe@wanadoo.fr

04 66 30 65 72