Si sombre Liverpool. Synchronicité 1

Stéphanie Benson (L’Atalante)
samedi 1er mars 2008
par  CP
popularité : 12%

Si sombre Liverpool. Synchronicité 1 de Stéphanie Benson.

Septembre 1995, 500 dockers commencent une grève à Liverpool qui durera plus de deux ans pour lutter contre leur licenciement massif et contre les lois antisyndicales de Margaret Thatcher. Vingt huit mois de bagarres, Vingt huit mois aussi de solidarité internationale et d’abandons.
Ken Loach en fera un film.

C’est cette lutte — de septembre 1995 à octobre 1996 — et cette ville de Liverpool que Stéphanie Benson a choisi pour y planter le décor d’un polar
à plusieurs niveaux. Luttes sociales, drogue, vampirisme, folie, corruption, manipulation et mondialisation…

Les personnages évoluent dans un décor glauque, et souvent sont eux-mêmes glauques… Un monde entre rêve et sublimation, un monde entre cauchemar et réalité, un monde noir où se mêlent fascination et horreur…
Noir c’est noir, il n’y a plus d’espoir…

Qui tire les ficelles du jeu ? Qui manipule qui ? Qui sont les perdants sur le damier de l’indifférence ? Les dockers c’est certain. Et enfin, à qui profite le crime ?

Ce polar est "dédié aux cinq cents dockers de Liverpool et leur famille qui ont combattu pendant vingt-huit mois l’indifférence publique, la compagnie portuaire, la pauvreté, l’injustice, les lois des gouvernements Thatcher (ainsi que ceux qui les ont appliquées) et leur propre syndicat".

Et il commence par ce texte de Jack London sur le jaune : "Lorsque Dieu eut achevé le serpent à sonnettes, le crapaud et le vampire, il lui restait un peu de matière infecte avec laquelle il créa le « jaune ». Un « jaune » est un animal à deux pattes avec une âme en tire-bouchon, un cerveau détrempé, une épine dorsale faite de gelée et de colle. Quand un « jaune » descend la rue, les hommes lui tournent le dos, les anges pleurent dans le ciel, et le diable referme les portes de l’enfer pour l’empêcher d’entrer."

Si sombre Liverpool. Synchronicité 1 de Stéphanie Benson…

Dans la deuxième partie des Chroniques rebelles, Le taureau cheval d’Ève Patris ou vongt-deux rêves mis en scène sur papier et graphisme. Une tentative d’adapter la forme au fond et un voyage sur toute une vie.