Mirage gay à Tel Aviv de Jean Stern (Libertalia)

dimanche 10 septembre 2017
par  CP
popularité : 14%

Mirage gay à Tel Aviv

Jean Stern (Libertalia)

Lecture Nicolas Mourer.

Mirage gay à Tel Aviv. Dans cet ouvrage, Jean Stern mène une enquête originale, profonde et très documentée sur la propagande israélienne, passant au crible des faits, des témoignages, des observations et des analyses, le phénomène de marketing politique qu’est le pinkwashing. Une enquête à l’écriture vive, fine, ironique qui donne envie d’y aller voir et d’en comprendre un peu plus, car sous le constat et la critique, pointe une réflexion large sur la conscience politique.

On connaît l’importance de l’image et de la communication pour l’État d’Israël depuis sa création, en 1948, et l’efficacité de ses slogans : « une terre sans peuple pour un peuple sans terre » ou celui de la « terre promise », qui a fait florès et semble proche de la « destinée manifeste » justifiant l’impérialisme états-unien, ou encore le mythe du peuple israélien qui a fait « fleurir le désert ». Et voilà que la « seule démocratie du Moyen-Orient », ou auto déclarée comme telle, met en place le pinkwashing pour s’assurer l’engouement du mouvement gay occidental pour sa ville devenue pour l’occasion arc-en-ciel, Tel Aviv. De quoi surprendre dans un pays, en grande partie homophobe, et dont les lois, notamment celles sur le mariage sont extrêmement strictes. Mais que ne ferait-on pas pour dissimuler l’image désastreuse d’un état colonialiste dont les violations des lois internationales et les crimes contre la population civile palestinienne sont notoires.

Faire oublier l’occupation ou bien nier son existence… Et le mur, baptisé « mur de protection », qui fait tâche dans le paysage. Alors comment manipuler l’opinion en « démocratie » ? Le « manuel classique de l’industrie des relations publiques » d’Edward Bernays, publié en 1928, sert toujours à la « fabrique du consentement ».

Donc le pinkwashing pourrait être « le cache-sexe de l’occupation », préfigurant une défense des droits LGBT contre l’homophobie de la société palestinienne bien sûr, alors qu’en fait l’État israélien l’utilise, et permettrait ainsi d’inverser l’influence des campagnes contre l’occupation militaire israélienne et le boycot.

Ce à quoi Jean Stern réplique, dans Mirage gay à Tel Aviv, que le pinkwashing « n’est qu’un artifice accablant sur le fond et répugnant sur la forme, qui masque homophobie, racisme, exclusion, occupation.  »

Présentation-débat de son livre, Mirage gay à Tel Aviv , par Jean Stern

Samedi 16 septembre à 16h30

Librairie Pubico, 145 rue Amelot

CINÉMA

Dans les pas de Trisha Brown de Marie Hélène Rebois (6 septembre 2017)


Dans les pas de Trisha Brown de Marie Hélène Rebois est très beau film sur la transmission, la création du mouvement, « l’empreinte d’un corps sur un autre »… C’est une expérience et une véritable plongée dans le monde bouleversé de la danse. Une autre dimension en quelque sorte.

The Party de Sally Potter (13 septembre 2017)


The Party de Sally Potter a été tourné en juin 2016, en plein vote pour ou contre le Brexit. Le film met en scène une femme nouvellement nommée ministre de la Santé (interprétée par Kristin Scott Thomas éblouissante) qui a décidé de fêter cela avec quelques ami.es proches… Et voilà que la Party dégénère et tourne au pugilat.

Home de Fien Troch (13 septembre 2017)


Home de Fien Troch (13 septembre), explore un tout autre univers, celui de l’adolescence et de la relation parents-enfants. Deux générations s’affrontent, sans qu’il y ait d’échange réel.