Si le vent tombe de Nora Martirosyan. Genre et féminismes au Moyen-Orient et au Maghreb de Abir Kréfa et Amélie Le Renard

jeudi 21 janvier 2021
par  CP
popularité : 52%

Si le vent tombe…
Film de Nora Martirosyan (20 janvier 2021)
Entretien avec Nora Martirosyan et Grégoire Colin

Genre et féminismes au Moyen-Orient et au Maghreb
Abir Kréfa et Amélie Le Renard (éditions Amsterdam)

En compagnie d’Amélie Le Renard

Si le vent tombe…
Film de Nora Martirosyan (20 janvier 2021)


Après un long voyage sur une route unique, venant d’Arménie, un technicien français débarque dans une ville du Haut-Karabagh. Il a pour mission d’auditer un aéroport flambant neuf à proximité d’un No Man’s Land entre la petite république, qui s’est déclarée indépendante, et l’Azerbaïdjan.
L’origine des tensions entre le Haut-Karabagh, lié à l’Arménie, et l’Azerbaïdjan, date du début des années 1920 avec la tutelle soviétique sur cette région du Caucase.
À la fin du régime soviétique en 1989, la situation s’envenime rapidement dans la région, après la déclaration d’indépendance du Haut-Karabagh, et la guerre qui fera 30 000 victimes. Un cessez-le-feu est signé en 1994 avec l’Azerbaïdjan, mais celui-ci s’avère des plus précaires et, comme le remarque dans le film, le directeur de l’aéroport : "Nous vivons sur un volcan".

C’est dans ce contexte que l’auditeur international, un peu dépassé par ce qu’il découvre, doit faire une enquête pour expertiser la possibilité d’ouverture de l’aéroport. Il vérifie les normes sécuritaires pour l’atterrissage des avions et les manœuvres des appareils, s’inquiète de voir un enfant qui traverse le terrain pour livrer une eau soi-disant miraculeuse et regarde avec étonnement ce monde dont il ne comprend ni les enjeux, ni le symbole de l’aéroport "international", ni d’ailleurs la détermination de la population à ce qu’il soit inauguré.

Peu à peu, il est malgré lui amené à comprendre la lutte et la résistance d’une population pour qui la terre, les animaux, l’eau miraculeuse et enfin l’image de cet aéroport : cela représente la reconnaissance de leur pays, de leur culture et c’est crucial. Le jeu des comédiens et des comédiennes traduit à merveille les préoccupations inhérentes à la situation. Grégoire Colin, qui est le Candide un peu largué au départ avec ses certitudes, fait évoluer très finement son personnage jusqu’à une sorte de basculement qui lui fait prendre des risques qu’il n’avait imaginé à son arrivée.

Si le vent tombe… a été tourné avant les événements qui a fait perdre son indépendance au Haut-Karabagh et provoqué l’exil d’une grande partie de la population.
Le film devait sortir initialement début novembre 2020. La fermeture des salles de cinéma a décalé toutes les sorties nationales prévues, la date prévue est le 20 janvier.
C’est un premier film important, Nora Martirosyan y capte l’émotion, la sensibilité et la situation d’une région dont on sait finalement peu de choses. De même l’impact du climat de guerre sur les enfants et les adolescents. Elle fait montre dans ce film d’une grande maturité, à la fois documentaire et poétique.

Cet entretien choral avec Nora Martirosyan et Grégoire Colin s’est déroulé dans le cadre du festival international du cinéma méditerranéen de Montpellier.

De nombreux films sont en attente d’être montrés au public, et les films d’auteur.es sont certainement ceux qui risquent le plus de passer inaperçus lorsque les salles rouvriront. C’est la raison de notre choix d’en parler et de ne pas faire l’impasse sur la création cinématographique, théâtrale et toute autre forme d’expression culturelle.

Genre et féminismes au Moyen-Orient et au Maghreb
Abir Kréfa et Amélie Le Renard (éditions Amsterdam)


En compagnie d’Amélie Le Renard
D’après le stéréotype, les femmes vivant au Maghreb et au Moyen-Orient sont opprimées par une religion patriarcale et des traditions ancestrales. Ce petit livre donne à voir une réalité, ou, plutôt, des réalités différentes.Loin d’être un tabou, les droits et modes de vie des femmes constituent dans cette région une question centrale depuis le XIXe siècle, où, dans des situations de domination coloniale ou impériale, de multiples formes de prédation économique, d’exploitation et de guerre ont bouleversé les rapports de genre. L’ouvrage analyse les résistances opposées par ces femmes, qu’elles soient rurales ou urbaines, des classes populaires ou lettrées.
Genre et féminismes au Moyen-Orient et au Maghreb
Abir Kréfa et Amélie Le Renard (éditions Amsterdam)

Musiques d’illustration de l’entretien : Trio Joubran : Tanâsim 2, Min Zamän, Masâr. Karim Baggili, Ordinary Day. Al Bara’em, Noujoum. Raja Meziane, Allo le system. Souad Massi, Ouria. Man O To, Nu (Iran)


Navigation

Articles de la rubrique