L’Utopie toujours…

Dominique Grange
jeudi 28 février 2008
par  CP
popularité : 8%

Double CD de Dominique Grange
et
Serge Utge-Royo
En concert au Trianon
Les 16 et 17 mai

Chansons engagées, chansons militantes, chansons sociales, chansons critiques, chansons qui racontent, chansons de la révolte, chansons libertaires…

C’est un plaisir de voir — réunis — dans les Chroniques rebelles, les contrechants de ma mémoire et l’Utopie toujours…
Dominique Grange — pour la sortie d’un double album, L’Utopie toujours… — et Serge Utge-Royo — pour deux concerts au Trianon, demain, dimanche, à 17h30 et lundi à 20h30.

Dominique Grange a chanté parmi les plus beaux textes de mai et de l’après-mai 1968. Ce sont ces chants — introuvables jusqu’à présent — qui composent le deuxième CD de son double album.
La Pègre, Grève illimitée, Chacun de vous est concerné, À bas l’État policier, les Nouveaux Partisans, Cogne en nous le même sang , des chansons de la révolte, des disques 45 tours, autogérés, où avait été “ supprimé tous les intermédiaires [et où] personne ne se sucrait sur le disque.

Chanter pour des gens en lutte[dira-t-elle] avait été une telle expérience que je ne voulais plus jamais chanter pour la télé, ni fonctionner dans ce système […] Pour beaucoup d’entre nous, l’esprit de mai 68 était toujours présent, le retour “à la normale” était impensable et prenait l’apparence d’une défaite.

Aujourd’hui, L’Utopie toujours… c’est encore rêver d’alternative et continuer la lutte :

“ La violence est partout
Vous nous l’avez apprise
Patrons qui exploitez et flics qui matraquez
Mais à votre oppression nous crions Résistance ” !

Dominique Grange, les nouveaux Partisans.

L’Utopie toujours… C’est aussi Serge Utge-Royo, artiste “ à part dans la chanson française ”, une voix qui exprime si bien la révolte libertaire. Auteur, chanteur, comédien, écrivain… Ses derniers albums : Les Diamants de l’été, et bien sûr Contrechants de ma mémoire qui “ regroupent 33 chansons de la mémoire sociale

L’Utopie toujours… Alors, commençons avec la Commune :

Pendant qu’on s’arrangeait entre grands de l’époque
Pour payer le tribut au premier des tueurs
Voilà que de Paris le peuple se convoque
Et décide — comme ça — qu’il n’veut plus d’supérieurs !

[…]
Notre mémoire est née de ces quelques semaines
Compagnons et compagnes, il faut l’utiliser
Revendiquons les rues, les montagnes, les plaines
Et, comme les communards, abolissons l’armée !