Dictionnaire de la censure

Samedi 30 juin 2007. Avec Alain Pozzuoli et Jean-Pierre Kremer
mardi 9 décembre 2008
par  CP
popularité : 18%

Dictionnaire de la censure

Alain Pozzuoli et Jean-Pierre Kremer (Scali)

L’enfer du cinéma
Dictionnaire des films cultes et maudits

Thierry Acot-Mirande et Alain Pozzuoli (Scali)

La censure est-elle, sur fond de retour à l’ordre moral, plus active depuis ces vingt dernières années ? La censure — et l’autocensure, avatar de la pensée unique — sont-elles plus présentes dans notre société ? Et ailleurs ?

Attendu que le contrôle, de plus en plus prégnant, ne peut que déboucher sur une censure généralisée — sur la pensée, l’écriture, les courants d’idées, les expressions artistiques —, les auteurs de ce dictionnaire auront bientôt matière pour un deuxième tome, le phénomène semblant se développer avec l’aval passif, ou forcé, d’une majorité de la population.

« Pourvu que je ne parle dans mes écrits ni de l’autorité, ni de culte, ni de politique, ni de morale, ni des gens en place… » écrivait Beaumarchais.

Mais alors parler de quoi ? Du temps ? Du programme télé ?

Revenons au dictionnaire : qu’est-ce que la censure ? Ou plutôt quelles sont les formes de censure pratiquées en France et ailleurs.

D’abord il y a l’interdiction pure et simple, le refus d’édition, d’exploitation, d’exposition, l’interdit de communication. Mais il existe aussi d’autres censures, plus pernicieuses : la censure économique et bien sûr la censure médiatique, c’est-à-dire celle du silence. Cela touche de nombreuses formes d’expressions, les idées, les écrits, les revendications, les chansons, le théâtre, les livres et les films. Ce qui nous conduit au second sujet de l’émission : les films cultes et maudits également recensés dans un dictionnaire qui a pour titre : L’Enfer du cinéma .

Mais qu’est-ce qu’un film culte ? Qu’est-ce qu’un film maudit ?

Voilà des questions qui n’ont pas fini d’être débattues puisque cela dépend finalement de la perspective de chacun et chacune.

Un film est considéré comme maudit en raison des conditions de tournage ? De dépassement de budget ? De production interrompue pour cause d’accidents ou de morts de comédiens ou de comédiennes, du maître d’œuvre ? Ou encore pour flop commercial à la sortie du film ? Et bien d’autres raisons encore…

Pour le film culte, il s’agit peut-être plus d’une évolution dans le devenir du film, après distribution. En un mot, le public est pour beaucoup dans le passage d’un film au statut de film-culte. Cela peut-être sa popularité tardive, sa disparition, un succès critique, un phénomène social, un repère pour toute une génération, une révolution…

On peut dire en fait que tout est question de définition. Et on est évidemment tenté de faire sa propre liste, histoire de raviver des sensations, des émotions, des chocs aussi parfois, de se remémorer des films qui ont marqué la mémoire collective, les luttes, les débats et même, parfois, accompagné une prise de conscience. Par exemple, et pour ne citer qu’un seul film de la très riche filmographie de Peter Watkins : Punishment Park qui d’ailleurs ressort sur les écrans.