Squat de Christophe Coello et la Compagnie Jolie Môme

Samedi 8 octobre 2011
dimanche 9 octobre 2011
par  CP
popularité : 13%

Squat. La ville est à nous

Film documentaire de Christophe Coello

Dans les chroniques rebelles le 5 novembre

Requalification, renouvellement, revitalisation, redynamisation, renaissance… Le triste vocabulaire des urbanistes, des cellules de com’ municipales et des promoteurs immobiliers. Un langage pour mollir le réel à la manière d’un assouplissant. Quelle politique urbaine recouvre-t-il ? Les margoulins les plus enthousiastes laissent parfois échapper le mot juste. Sur sa page Internet, la mairie de Marseille se targue par exemple de mener une « politique volontariste de reconquête », par quoi elle entend l’expulsion des habitants de la Joliette et de la rue de la République pour faire place nette à un quartier d’affaires, hideux et sans âme. Mais, en général, les nouveaux conquistadores ne le prononcent qu’à l’abri de leur bureaux en verre. Reconquête : le mot dévoile ce qu’il importe de dissimuler.

Voir la suite de l’article de Jean-Pierre Garnier

http://divergences.be/spip.php?article2745

Article 11 n° 6

Avec l’équipe du bimensuel

Nouvel album de la Compagnie Jolie Môme

Paroles de mutins

Avec Loïc

La sécurité, nous n’avons pas fini d’en entendre parler dans cette campagne présidentielle envahissante. Mascarade à gogos qui démarre sur les chapeaux de roues sur fond d’homme politique à la libido incontrôlée, de promesses dilatoires, de coups bas et autres grossesses médiatiques… Rien ne nous sera épargné des joutes oratoires, de la vacuité des programmes et des faux-semblants à la Yes-we-can ! Très tendance chez les socialistes.

Au fait, vous votez ? Oui ? Mais pour qui ? Ah je devrais plutôt dire
contre qui ? Ce serait sans doute plus le reflet d’une réalité intemporelle.

LA SÉCURITÉ : vaste sujet de manipulations diverses et tout le monde en parle… Le petit locataire de l’Élysée, pour reprendre l’expression d’Olivier Le Cour Grandmaison, l’avait promise dès sa nomination au ministère de l’Intérieur, puis réitérée lors des Présidentielles de 2007 — la promesse de la sécurité « à laquelle les Français ont droit » — tiens y’a pas de filles !

Vous me suivez ? Hé bien, on ne peut pas dire qu’il ait réussi son « contrat »,
le locataire. Ce serait plutôt même l’inverse ! Car il ne suffit pas de jouer les Rambos et autres robocops et d’aller faire une descente en banlieue, entouré
par des cordons de CRS, histoire de provoquer la « racaille à karchériser »,
pour dire que la sécurité, c’est lui !

On se souvient de cette nuit de juin 2010 où le petit locataire de l’Élysée a fait une visite nocturne surprise dans la ville de St Denis, accompagné de caméras de télévision. Un jeune noir de 21 ans l’a reconnu et l’a interpellé avec un « va te faire enculer connard, ici c’est chez moi ! » Les gardes du corps lui ont illico sauté dessus, lui cassant le nez et l’ont arrêté. Au passage, le caméraman d’une chaîne de télé publique a également été frappé alors qu’il tentait de filmer la scène.

Pendant les manifestations contre la réforme de la retraite, il y a eu aussi le bouclage de la Place Bellecour, renommée pour le coup Punishment Park. Bouclage et méthodes policières d’anti-guérilla urbaine expérimentées également à la fin de manifestations parisiennes… Ah la sécurité à laquelle chaque citoyen a droit ! C’est sûr, nous n’avons pas fini d’en entendre parler…

En attendant tous et toutes à la manif du 17 octobre à 18 h, depuis le cinéma Rex jusqu’au Pont St Michel.

Ni charters ! Ni Karchers !