Auriez-vous crié
 « Heil Hitler » ? Soumission 
et résistances 
au nazisme : l’Allemagne vue d’en bas (1918-1946)

Samedi 28 juillet 2012
lundi 23 juillet 2012
par  CP
popularité : 16%

La justification de la crise fait, aujourd’hui comme hier, accepter bien
des dérives sécuritaires et des privations de droits. Petit à petit, la
banalisation de situations inacceptables il y a peu de temps encore — « Plus jamais ça ! » disait-on, pour ne rappeler que le slogan à l’encontre de relents racistes —,donne à réfléchir sur la signification que l’on prête au terme « démocratie », très variable selon le contexte mais aussi selon qui utilise le concept.

On peut alors se demander quelles seraient aujourd’hui les réactions et les formes de résistance à un régime fasciste ? La majorité de la population crierait-elle « Heil » à un führer quelconque si celui-ci se présentait comme le sauveur potentiel du système capitaliste ? Questions graves qui reviennent tout au long du livre de François Roux, un essai impressionnant par la somme de recherches sur le processus de la barbarie et sur la soumission au nazisme, forcée ou consentie, d’une grande partie de la population allemande et des pays occupés.

Auriez-vous crié
 « Heil Hitler » ? Soumission 
et résistances 
au nazisme : l’Allemagne vue d’en bas rassemble et croise de nombreux témoignages et des travaux d’historiens. Cette perspective d’analyse — Soumission 
et résistances 
au nazisme : l’Allemagne vue d’en bas — permet à François Roux une autre approche de la réalité, jusqu’alors tant de fois abordée dans le but d’en souligner l’exceptionnalité d’un point de vue historique.

De même, l’auteur évite les clichés habituels et les généralisations sur l’adhésion au régime nazi de la population allemande et des pays conquis. Ce livre met en écho différentes perceptions, déclarations, constats et accorde une large part aux milliers de personnes qui ont résisté en le payant parfois de leur vie.

Résistance, soumission… La question demeure entière et actuelle. En explorer les mécanismes et tenter de les comprendre, c’est le fil rouge de cet essai et c’est aussi la question essentielle à se poser dans l’éventualité d’une prise de pouvoir fasciste ou totalitaire. Aujourd’hui, la propagande est tout aussi importante et sous le contrôle des oligarques, évidemment elle prend des formes séduisantes, plus élaborées, grâce à l’outil phénoménal qu’est la télévision.


Rediffusion